Par Emil Monteiro

L’auteure de ce texte vient d’obtenir son baccalauréat en design graphique à l’UQAM, et est directrice artistique pour le magazine Le Noeud (www.lenoeud.com)

 

Julien, achète une casserole à Edith. Apprends-lui que le mot casserole  vient du mot « casse » et qu’en vieux français, ça voulait dire une grande cuiller. C’est donc un plus grand récipient que le petit qu’on porte à sa bouche pour se nourrir, le petit c’est la cuiller. Parce que c’est pratique pour manger de porter les choses à sa bouche à l’aide d’un petit contenant, mais le plus gros il permet qu’il y en ait plus dedans pour plus de personnes, pour faire des plus grandes quantités à porter à sa bouche. Une grande quantité de matière qu’on puise dans un grand contenant à l’aide de plusieurs petits contenants. Un bel orchestre de cuillers dans la grande soupe. Parce que pour survivre, il faut se nourrir, l’Homme est fait comme ça, il a besoin de carburant pour avancer et on ne peut rien y faire, ça doit passer par l’oralité, par la bouche pour se rendre à l’estomac et aux viscères. Une cuiller aussi tu lui en achèteras une à Edith. Dis-lui que la cuiller existe depuis presque toujours, qu’elle est apparue durant la plus importante période de la préhistoire. La cuiller sert à manger la soupe, et la soupe se prépare dans la casserole. Explique-lui que c’est une question à toute fin pratique, que nos ancêtres les ont inventées pour que la vie soit plus douce, plus simple, plus facile, mais que ça a pris beaucoup, beaucoup de gens avant qu’on puisse en arriver à des outils aussi bien conçus.

Julien, achète une casserole à Edith s’il te plaît. Tu sais une petite, une de sa taille. Je déteste « bébéiser » les objets parce que ça me fait penser aux filles qui ne voient la vie qu’à travers ce qui est petit, « cute », et pour qui l’épanouissement passe nécessairement par l’enfantement. Dis-lui que c’est pas vrai, dis-lui qu’il y a d’autres façons de faire. Mais pour Edith un bébé casserole ça serait bien. De toute manière on achète trop rapidement des poupées aux petites filles, alors achète-lui une casserole. On les conditionne si jeunes à vouloir se reproduire et à devenir des princesses et des maîtresses de maison qui s’occupent d’enfants, comme si c’était inné et que ça poussait dans l’utérus le désir d’enfanter. Donc le bébé casserole ici c’est approprié, elle va être contente de déjà pouvoir posséder un bébé quelque chose, on lui a déjà tellement mis dans la tête, c’est pas sa faute.

Alors une toute petite casserole parce que les petits gestes sont les plus importants, et les petits gestes avec d’autres petits gestes, ça crée des mouvements. Puis elle est encore petite Edith alors ça lui prend une petite casserole, pour faire un petit tintamarre qui va grossir avec toutes les autres casseroles, toutes grosseurs et matières confondues. Dis-lui : hey ma grande, un jour tu vas devoir descendre dans la rue pour défendre tes droits, on va essayer de t’en empêcher, mais avec ta casserole tu peux aller vraiment loin, surtout aujourd’hui. Aujourd’hui ma fille le temps est important, il est compté. Pas pour te presser dans la vie, comme on te l’a si bien appris jusqu’à maintenant, mais pour que plus tard ça goûte meilleur, pour que la terre de ton jardin soit plus riche, parce que posséder des instruments c’est bien beau, mais ce n’est pas suffisant, il faut choisir les bons. Il te faudra un paquet d’ingrédients pour grandir, mais ta casserole ma fille c’est un bon instrument de cuisine pour partir du bon pied en ce moment. Tu verras, on l’accrochera au-dessus de ta porte de chambre quand ce sera terminé, on enlèvera le crucifix que ta grand-mère t’a donné – il est plein de poussière –, pour que tu te souviennes, pour que tu n’oublies jamais qu’elle est à toi et qu’on pourra jamais te l’enlever. Elle sera toute bossée, elle sera tout usée, mais elle aura servi. C’est TON outil ma grande.

Prends-la par la main et explique-lui que c’est pas parce que les grandes personnes disent des choses que c’est toujours vrai, que des fois elles se trompent, qu’elles font des mauvais choix et qu’il faut être prêt à dire qu’on est pas d’accord, que ça a pas de sens. Dis-lui qu’il faut qu’elle t’écoute toi, que tu es une grande personne qui va la conseiller longtemps et que tu vas essayer de lui apprendre à cuisiner, que tu vas lui montrer avec qui il faut cuisiner, parce que c’est pas parce que tous les adultes cuisinent que c’est une recette réussie. Apprends-lui qu’un jour ce sera peut-être à son tour de t’acheter une casserole. Ça peut rapidement goûter le brûlé s’il y en a qui montent trop l’intensité du feu et se brûler laisse des cicatrices et c’est douloureux les brûlures. Explique-lui que tenir une casserole dans la rue c’est une bien meilleure recette que d’en tenir une derrière un fourneau. C’est parce qu’elle va frapper dessus très fort qu’elle pourra faire le choix de la mener où bon lui semble sa casserole. Explique-lui que tout ce bruit, c’est pour qu’elle, et elle seule, décide ou non de se soumettre dans l’avenir. Julien, achète une casserole à Edith avec une grande cuiller de bois parce que c’est son avenir. Laisse pas les autres lui cuisiner un avenir consommation rapide, donne lui une meilleure recette.

Julien, achète une casserole à Edith, et n’oublie pas la tienne sur le rond, ça sent le brûlé.